Présentation des ZH

Contenu de la page : Présentation des ZH

Couvrant environ 5% de la surface de France métropolitaine et 10% du territoire breton, les zones humides sont des milieux naturels ayant de nombreux intérêts écologiques, épurateurs et hydrologiques.

La prise en compte de la nécessité de leur préservation vient du constat que la surface de zones humides en France a diminué de moitié depuis le début du 20e siècle.

Prairie humide fauchée (Guerlesquin)
Prairie humide fauchée (Guerlesquin)
Crédits : Sylvain Paligot – SMT
jpg - 232.4 ko

La définition exacte d’une zone humide :
« C’est une zone, exploitée ou non, dont le sol est saturé en eau, de façon temporaire ou permanente, dès sa surface ou à faible profondeur ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hydrophiles pendant au moins une partie de l’année. »
Techniquement, les zones humides sont identifiées par une flore composée d’espèces hygrophiles (Joncs, Saules, Cardamine, etc.) et des sols hydromorphes caractéristiques.

Sondage à la tarière en zone humide (Plouegat-Moysan)
Sondage à la tarière en zone humide (Plouegat-Moysan)
Les tâches de rouille sont caractéristiques
Crédits : Sylvain Paligot – SMT
jpg - 274.7 ko

On peut trouver des zones humides :

  • sur les plateaux : sources, landes humides, tourbières
  • sur les versants : suintements, mouillères, zones humides de pente
  • dans le fond des vallées encaissées ou évasées : prairies, bois humides
  • dans les estuaires : vasières
  • sur le littoral : pannes arrière-dunaire.

Les rôles des zones humides

Rôle régulateur des niveaux d’eau

Comme des éponges, elles absorbent l’eau en période hivernale puis la restituent en période de sécheresse. Cela permet de diminuer l’intensité des crues et de soutenir les débits en période sèches.

Rôle épurateur

Par ces actions, les zones humides contribuent au maintien et l’amélioration de la qualité de l’eau

  • Filtre physique : ralentissement du ruissellement, piégeage des sédiments, protection contre l’érosion des berges ;
  • Filtre biologique et chimique : les végétaux et les bactéries du sol assimilent certains éléments (nitrates?, phosphates, substances médicamenteuses, et.).

On peut ainsi considérer que les zones humides sont un filtre naturel entre les sources de pollution potentielles (excédents de traitements des cultures, zones urbanisées, industries, assainissement, etc.) et le réseau hydrographique et les nappes phréatiques.

Rôle d’habitat pour les espèces sauvages

Ce sont des lieux d’abri, de nourrissage et de reproduction pour de nombreuses espèces.
Dans le Finistère, 32% des espèces végétales et 38% des plantes estimés rare ou en régression sont des plantes de zone humide.
Environ 50% des espèces d’oiseaux dépendent des zones humides et les 2/3 des poissons s’y reproduisent.

Rôle économique, social et récréatif

Les zones humides jouent un rôle économique : production agricole (fourrage, pâturage...), piscicole et conchylicole.
De par leur grande qualité paysagère, les zones humides sont des lieux de détente, de découverte et de loisirs, propices à de nombreuses activités récréatives (pêche, chasse, promenade, éducation,…).

Prairie humide pâturée (Botsorhel)
Prairie humide pâturée (Botsorhel)
Crédits : Sylvain Paligot – SMT
jpg - 299.6 ko

A noter

Plus d’informations sur les zones humides : Site des zones humides du Finistère