Accueil > Actualité / Nevezenti > La langue des signes au (...)

La langue des signes au SMT

Contenu de la page : La langue des signes au SMT

Agent au Syndicat mixte du Trégor, Yann Le Roux est sourd depuis l’âge de trois ans. Pour sensibiliser ses collègues à son handicap et améliorer les échanges au bureau, des ateliers de langue des signes ont été mis en place en septembre dernier. Interview

Une volonté de sensibilisation

"Lors de ma mutation, en septembre 2017, j’ai demandé à ma Responsable s’il était possible de sensibiliser les collègues par l’intermédiaire de professionnels de l’URAPEDA qui sont habitués à ce genre d’intervention et possèdent du matériel pédagogique spécialisé. Elle a adhéré immédiatement et trouvait cette initiative importante. Validée par le Président, l’initiative a été financé par le CNFPT pour proposer des ateliers.

Yann Le Roux

La sensibilisation à la surdité me tenait à cœur pour expliquer à mes collègues, qui ne me connaissaient pas et ne connaissaient pas la surdité, comment se positionner pour communiquer avec un sourd ? Idéalement en face. Comment lui parler ? Doucement en articulant sans élever la voix, par la LSF (Langue des Signes Françaises) si possible, ne pas cacher les lèvres (cigarette, écharpe, moustache dépassant les lèvres, etc...)

Mon objectif est, non seulement de sensibiliser mes collègues, mais surtout d’ouvrir la voie à d’autres entreprises ou structures employant des personnes du même handicap que moi.

La formation suivie

Il y a eu 4 interventions :

  • la première était basée sur la sensibilisation avec le matériel pédagogique (vidéoprojecteur, casques, bouchons, images, vidéos, etc...). L’ exercice avec les casques et bouchons est un bon support qui a permis de prendre conscience du niveau de surdité, et d’imaginer notre vie quotidienne, bien que se mettre réellement à notre place est impossible, le ressenti n’est pas le même, du fait que l’exercice ne dure que quelques minutes, or pour les sourds, c’est toute la vie.
  • Ensuite les 3 dernières étaient l’apprentissage de la base de la LSF. Certes c’est court, mais déjà en connaître quelques mots c’est important, c’est surtout ceux employés dans le quotidien comme « bonjour, ça va, merci, travail, pause, etc…", sans oublier l’histoire des sourds racontée par le formateur Fabrice MONMARCHON, qui était très intéressante..."

A noter